Les méthodes pour se surclasser à moindre coût

Aérien

 

Mulhouse, le 28 Février 2019 – On parle souvent de surclassement (ou upgrade) sur Flight-Report mais pourquoi surclasse-t-on en classes Affaires et est-ce que c’est vraiment toujours rentable ?

Il y a trois critères principaux qui sont à prendre en compte : le prix de base du billet, le statut dans votre alliance et le prix de l’upgrade.

Le prix de base du billet : en général, moins cher le billet est à l’origine, plus intéressant est l’upgrade. Si vous avez déjà payé votre billet très cher, payer une nouvelle fois pour passer en classe supérieure est peut-être déjà plus cher que le billet le moins cher en classe avant.

Un autre critère est le statut dans votre alliance : quels avantages propose, en plus de ceux que vous avez déjà, le surclassement ? Si vous êtes Gold ou plus, par exemple, sur Air France / KLM, vous avez déjà accès à l’embarquement prioritaire et au salon. L’upgrade ici ne concernera qu’un siège de libre à côté de vous (mais pas toujours, car sur les avions régionaux de type Embraer / Canadair, ni Air France ni KLM ne laissent le siège voisin vide, contrairement à Lufthansa), un catering amélioré et une sortie rapide de l’avion.

Le dernier critère est le prix de l’upgrade : jusqu’à où êtes-vous prêt à vous faire plaisir ? Car la notion principale du surclassement est presque toujours le plaisir, puisque nous cherchons plus de confort et d’avantage.

Il existe également différents types de surclassement : les enchères et l’upgrade payant.

 

Surclassement avec enchères:

En général les compagnies ne les mélangent pas et proposent soit les enchères à l’instar de TAP Air PortugalRoyal Jordanian ou Avianca, soit l’upgrade payant comme Air France, KLM ou Etihad entre autres. Swiss se démarque ici car elle propose les deux : les enchères sur long-courrier et l’upgrade payant pour le court courrier. Aeroflot elle se démarque aussi puisqu’elle ne propose ni enchère ni upgrade payant autre qu’avec des miles via son programme de fidélité.

Les enchères ont un avantage certain : vous permettre de fixer vous-même le prix que vous désirez payer pour passer en Business. En gardant en mémoire que plus l’enchère est basse, moins les chances sont élevées. Si vous avez accès à des outils permettant de vérifier les remplissages cabine, comme expert-flyer, par exemple, on peut se permettre de mettre une enchère peu élevée sur un vol peu rempli. A l’inverse, si le vol est bien rempli, il est clair qu’une enchère basse ne passera pas.

Proposition de surclassement avec enchères chez TAP Air Portugal

 

Surclassement en payant:

En général, l’upgrade payant n’est proposé qu’au moment du check in mais Swiss se démarque encore une fois car elle propose son upgrade à prix fixe en Europe dès la réservation.

Voilà à quoi ressemble le surclassement à prix fixe de Swiss disponible dès la réservation:

Proposition de surclassement payant lors de la réservation chez SWISS

 

Les enchères se font toujours en argent sonnant et trébuchant, cependant les surclassements payants eux peuvent se faire soit en points, soit en cash.

Ces mêmes upgrades peuvent être proposés au moment du check-in, en porte voire même à bord. De manière générale, le surclassement à bord est celui qui est le moins rentable puisque vous n’aurez presque plus le choix du siège, aurez déjà raté tous les avantages sol (salon, priorités) et il y a des chances pour que votre repas ne soit pas un repas business (même si, logiquement, aucune compagnie ne devrait surclasser sans le repas approprié, mais ça peut arriver).

Offre de surclassement sur Air France, au moment du check in :

Proposition de surclassement payant lors de l’enregistrement chez Air France

 

Le surclassement vaut-il le coup?

Sur un avion monocouloir il faut tenir compte de plusieurs facteurs sur un upgrade : est ce qu’il y a plus d’espace pour les jambes en Affaires ? Sur British Airways (sauf sur certains A321 configurés avec une vraie classe Affaires) ou Air France, non, le pitch (l’espacement en français) est pareil dans tout l’appareil.

Est-ce que le siège à côté de moi restera libre ?

Est-ce que le service sera vraiment différent ? Pas forcément, sur Swiss, au départ de Genève, la prestation Affaires n’est pas différente de celle en Economie, vous pourrez choisir ce que vous voulez gratuitement dans la carte payante, mais il n’y aura pas un repas « Business ». Tout comme sur KLM Cityhopper où vous aurez un repas froid quelque soit la durée du vol.

Sur long-courrier la question ne se pose pas de la même manière, là il faut savoir si le fauteuil est adapté à votre attente. Sur United, par exemple, certains Boeing 777 sont configurés avec 2-4-2 avec des fauteuils en sens inverse de la marche, comme sur British Airways. Sur Virgin Atlantic ou Iberia, vous aurez toujours du full-access et serez toujours dans le sens de la marche. Sur certains appareils Delta ou Qatar vous aurez une suite.

Est-ce que j’aurais les miles de la classe Affaires ? Non, pas forcément. La liste serait trop longue à détailler ici mais à titre d’exemple, sur Flying Blue vous garderez les miles de la classe d’origine, sur Swiss oui si c’est un vol à enchères, non si c’est le surclassement à prix fixe.

On le voit, les paramètres sont vraiment nombreux, finalement, avant de surclasser un vol économique en classe Affaires, il faut juste savoir si ce qu’on va avoir pour le prix payé est en adéquation avec ce que l’on recherche. Et quoi de mieux que Flight-Report pour s’informer du produit proposé dans la classe convoitée ?

 

Article rédigé par Stephan B. Brom Le 27 février 2019

Modérateur & Community Manager pour Flight-Report depuis Janvier 2018, je suis un grand voyageur dans l’âme, passionné par l’aviation commerciale sous toute ses formes.

Flight-Report Twitter

Prochaine rencontre

Rencontre pour les membres Flight-Report

16MAR
Zurich, CH
20 Places
complet / liste d'attente
S'inscrire

Sur les réseaux sociaux

Flight-Report sur Twitter

7 comments on “Les méthodes pour se surclasser à moindre coût”

  1. Meyer jean luc

    Bravo et merci ! très intéressant comme toujours

  2. Merci pour ce billet.

    C’est assez intéressant, mais cela traite véritablement de l’aspect très « européen » des choses en oubliant que sur d’autres continent, l’upgrade est tout simplement un moyen de reconnaissance du voyageur fréquent. Dans ces situations, la simple sélection du « meilleur » vol permet de s’upgrader à moindre coût.

    Et si on revient en Europe, on aurait pu traiter des compagnies (comme A3, BA ou LH) qui proposent des « vouchers » d’upgrade, avec certains très restrictifs (comme LH) et d’autres très larges (comme A3). Tout comme au delà de l’upgrade payant en argent, il y a celui « payant » en miles, qui peut parfois être sur des barêmes délirants (comme sur AF), parfois fixe mais devant partir de classes de réservations déjà très chères (comme LH) ou parfois très avantageux à condition de trouver de la dispo (comme sur BA).

    Bref, tout ça pour dire que ta conclusion est parfaitement juste : il y a tellement de paramètres que c’est difficilement objectivable et que le rapport prix / attente est bien le seul gouverneur. Par contre, au niveau de la justesse, je pense ne pas me tromper en disant que tu n’as certainement jamais pris ni UA ni BA en J sur 777 😉

    1. Effectivement et tu as raison, Thomas, il y aurait eu matière à aller plus loin, mais comme répondu à Didier, l’article se veut généraliste sinon il n’y aurait quasiment pas de fin 🙂
      Et si, j’ai eu une vie avant Flight-Report et j’ai testé le 777 J BA ^^ Voler dans le sens inverse du vol ne m’a jamais plu, même en jump seat !

  3. Merci pour cette synthèse.

    On peut préciser qu’il ne s’agit là que des cas de surclassement volontaire (les surclassements involontaires sont « imposés » par la compagnie et sont gratuits; ils résultent généralement de contraintes opérationnelles sur lesquelles le passager a peu d’emprise: surbooking, changement d’appareil, etc.).

    Sur les modalités de surclassement:
    Il est parfois possible, suivant les compagnies et les contraintes tarifaires, de combiner plusieurs surclassements (passage de la classe économie à First ou Business dans des configurations à 4 classes): la tarification est adaptée.

    On précisera que le surclassement est l’un des rares éléments tarifaires sur lesquels des refus de vente sont souvent opérés sur une base discriminatoire (tel passager y est éligible et pas tel autre malgré une même tarification): c’est parfois légal ou pas suivant les pays, compagnies et motifs de discrimination.

    Après la question du « cela le vaut-il »: c’est une question éminemment personnelle qui dépend du coût (en espèce, points ou autres équivalent), du type de vol (court, moyen ou long courrier), de la différence de prestations (une J européenne moyen-courrier n’est pas une J asiatique) et de service (accès au salon ou non par exemple), de l’horaire du vol (vol de nuit, de jour, etc.), de la compagnie (toutes les classes avant ne valent pas: cf la F de Air China par exemple), des souhaits du passagers (et de ses motyens), etc. Il n’est donc pas possible de faire de grille universelle de choix.

    119 € pour passer de Y à J peut être une très bonne affaire ou une « quasi-arnaque »…

    Ultime précision: les points de statuts (XP chez Flying blue par exemple) peuvent aussi rester ceux de votre tarif de base…

    1. Merci pour les précisions très intéressantes Didier ! L’article se veut volontairement généraliste pour ne pas trop entrer dans les détails et ne pas faire une demi douzaine de pages

  4. Anne Marie JOSE

    Je te remercie Stephan pour tes explications claires et précises..
    J’ai utilisé ce système d’enchères sur vols européens sur TAP, Finnair et Alitalia, sur Ibéria au check-in et tout cela m’a ravie me permettant un voyage en classe supérieure à peu de frais avec bénéfice des lounges..

  5. Merci Stephan pour ce bel article qui apporte, à nouveau, une plus value au site.
    Je te rajoute l’appli TripCase qui est intéressante quant au remplissage « en direct » des cabines.
    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.