Infographie #19 – La vérité sur les changements du programme Flying Blue

Infographies

 

Paris, le 09 novembre 2017 – Air France a présenté lundi dernier les règles de son nouveau programme Flying Blue qui seront en vigueur à partir du 1er avril 2018. Sans surprise et comme redouté par beaucoup, la compagnie a confirmé le passage en Revenue Based, c’est-à-dire que les miles attribués seront calculés en fonction du prix du billet et non plus de la distance (attention cependant, dans les faits ce système est déjà en place puisque Flying Blue n’attribue que 25% de la distance pour les tarifs les plus bas).

Air France KLM devient ainsi la première compagnie majeure à adopter ce système en Europe mais ce principe est déjà bien connu aux Etats Unis et notamment chez les 3 grandes compagnies américaines.

 

A partir du 1er avril de l’année prochaine, un membre Flying Blue Ivory cumulera alors 4 miles par euro dépensé sur le billet hors taxes, la surcharge transporteur (YR), les options (excédent bagage, repas amélioré) mais pas sur les taxes qui sont exclues du calcul. Les membres Silver, Gold et Platinum cumuleront respectivement 6, 7 et 8 miles par euro dépensé.

Première observation : Flying Blue a décidé d’être moins généreuse que Delta qui propose une rémunération comprise entre 5 miles et 11 miles par dollar (USD) dépensé. Au cours EUR/USD actuel et au plus haut niveau de fidélité, Flying Blue va donc rémunérer 37% de moins que Delta SkyMiles, pourtant surnommé SkyPesos…

Autre information, le très apprécié programme Flying Blue Jeune sera arrêté au 31 mars 2018, les membres actuels deviendront Flying Blue.

 

Crédit de Miles

 

Il est très difficile d’appréhender si ce passage en revenue based sera positif pour la majorité des porteurs d’une carte Flying Blue. Afin de l’évaluer en toute objectivité, nous allons prendre l’exemple de crédit sur une ligne moyen-courrier (Paris CDG – Londres LHR) et sur une ligne long-courrier (Paris CDG – Los Angeles). Nous analyserons le crédit dans chacune des cabines, et pour chacune d’entre elle du tarif promotionnel au plein tarif avec pour la classe Economique une analyse d’un tarif intermédiaire. Pour compléter cette analyse, nous comparerons le crédit pour chacun des 4 niveaux de fidélité du programme Flying Blue.

 

Paris CDG – Londres (aller-retour) 

 

En moyen-courrier, le crédit de miles sera drastiquement réduit dans quasiment tous les cas de figure : un membre Flying Blue Ivory qui créditait 300 miles pour son aller-retour au tarif promotionnel (G : 25€ HT) ne créditera plus que 100 miles soit -67%. Même avec un plein tarif Economy (Y : 550€ HT) et au plus haut niveau de fidélité, le crédit de miles avec le nouveau système sera inférieur avec une perte de 100 miles sur l’aller-retour soit -2%.

Les plus gros perdants seront ceux qui voyagent au tarif promotionnel en classe Business (O : 219€ HT) et sans statut, car la perte peut représenter jusqu’à -77%. A l’inverse, ceux qui s’en tirent positivement sont ceux qui s’acquittent d’un plein tarif Affaires (C : 703€ HT) et qui disposent d’un statut Gold ou Platinum : ils auront +1% et +7% de miles respectivement.

 

Paris CDG – Los Angeles

En long-courrier, le tableau affiche clairement un constat plus positif mais avec des contrastes importants.

Ceux qui s’acquittent d’un tarif Economy promotionnel (V : 414€ HT/YR) ou intermédiaire (K : 1483€ HT/YR) auront entre -30% et -41% de gain de miles et cela quel que soit leur statut.

En Premium Economy, le tarif promotionnel (A : 1518€ HT/YR) rapportera lui -46% de miles, mais le plein tarif (W : 3647€ HT/YR) rapportera entre +3% et +15% de plus en fonction du statut.

En Business, les amateurs du tarif de base (Z : 3276€ HT/YR) perdront -7% de miles s’ils n’ont pas de statut et verront leurs gains presque inchangés en ayant un statut. Les gros gagnants seront les très rares qui s’acquittent d’un plein tarif (C : 8081€ HT/YR) car ils cumuleront jusqu’à +108% de miles.

Etrangement, les clients La Première peuvent aussi être pénalisés avec le nouveau programme, sans statut et au tarif de base (F : 7747€ HT/YR), le voyage rapportera -7% de miles; à l’autre extrême, un membre Platinum et voyageant au plein tarif (P : 16846€ HT/YR) empochera lui +117% de miles.

 

L’analyse est implacable : en moyen-courrier, la quasi-totalité des voyageurs sera perdante. En long-courrier, seuls ceux qui s’acquittent de pleins tarifs pourront espérer créditer plus des miles ; pour les autres, la perte pourra atteindre jusqu’à 46% comme dans l’exemple choisi.

 

 Obtention du statut

 

L’autre nouveauté du programme Flying Blue, c’est la refonte du principe pour l’acquisition du statut avec la fin des miles/vols statut qui laissent la place à des « points d’expérience » appelés « XP », selon le barème suivant.

 

A première vue, le barème peut sembler généreux, car il n’y a pas de distinction entre les classes tarifaires contrairement à l’ancien système, mais dans la pratique, ce nouveau barème est plein de subtilités. A noter que la qualification se déroule sur 12 mois glissants et non plus en année calendaire.

Pour mieux comprendre, nous allons prendre l’exemple d’acquisition de chacun des statuts et le comparer avec l’ancien système.

Attention: l’hypothèse de l’étude est pour un membre ayant renseigné une adresse à l’étranger dans son profil, actuellement les membres avec une adresse en France sont discriminés avec un barème de miles statut plus élevé et des vols domestiques français non-statut, le nouveau système enlève cette distinction.

 

Pour devenir Flying Blue Silver, il faudra dorénavant cumuler 100 XP contre 25000 miles statut ou 15 vols statut. Dans la pratique, 100 XP équivalent à 50 vols domestiques ou 20 vols européens, c’est-à-dire que vous aurez besoin d’effectuer jusqu’à 35 vols supplémentaires pour obtenir le statut Silver. Si vous voyagez en long-courrier, vous allez aussi devoir effectuer plus de vols si vous êtes en cabine Economy ou La Première ; si vous optez pour la Premium Economy ou la Business, le statut sera atteint avec des volumes similaires de vols.

Pour devenir Flying Blue Gold en étant déjà Silver et donc obtenir l’accès aux salons, il faudra obtenir 180 XP contre 40000 miles statut ou 30 vols statut ; là encore, l’obtention de ce statut sera bien plus difficile pour ceux qui ne font que du court et du moyen-courrier. En long-courrier, il faudra effectuer environ 1 vol supplémentaire en Premium Economy ou La Première et un nombre similaire de vols si vous voyagez en Economy ou Business.

Pour devenir Flying Blue Platinum en étant déjà Gold, le seuil est fixé à 300 XP contre 70000 miles statut ou 30 vols statut. Concrètement, cela représente 150 vols domestiques soit 90 vols nécessaires en plus ! En long-courrier l’obtention du statut nécessitera environ 1 vol supplémentaire en Premium Economy et même 2 vols supplémentaires en La Première. Ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux voyageant en Economy et Business qui devront effectuer un nombre de vols très proche.

A noter que les membres Flying Blue disposant de la carte abonnée profiteront d’un barème XP multiplié par 2 sur les vols domestiques français, c’est-à-dire 4 XP par vol au lieu de 2 XP. Par ailleurs à chaque souscription/renouvellement de la carte d’abonnement, un bonus de 20 XP sera crédité.

Avec son nouveau système d’acquisition du statut, Flying Blue a décidé de pénaliser fortement les voyageurs domestiques (sauf les abonnés) et dans une moindre mesure ceux voyageant sur les lignes moyen-courrier. Sans doute la solution trouvée pour désengorger les salons ! Pour les voyageurs long-courriers, le constat est moins négatif, mais aucun scénario ne rend l’acquisition du statut plus facile ; au mieux, le volume de vols à effectuer reste identique.

 

Seuils d’acquisition

 

Autre subtilité du nouveau programme, la qualification du statut sur 12 mois glissants.

 

Comme vu précédemment, il est nécessaire de cumuler 100 XP pour devenir Silver, mais si vous souhaitez obtenir le statut Gold, votre compteur de XP sera remis à zéro et vous devrez donc cumuler 180 XP supplémentaires soit 280 XP en tout. Ce système a sans doute pour but de ralentir la progression des nouveaux membres.

Pour maintenir votre statut il sera nécessaire de cumuler 100 XP pour rester Silver, 180 XP pour rester Gold et 300 XP pour rester Platinum.

Voici deux exemples pour mieux comprendre.

 

Echange des miles en billet prime

 

Le gain de miles n’a que peu d’importance en tant que tel : l’attractivité d’un programme de fidélité est liée à sa capacité à échanger ses miles et notamment en billets d’avion. Sur cette question, Flying Blue a décidé de repousser au premier trimestre de l’année prochaine son nouveau barème de dépense qui sera en application à partir du 1er juin 2018. Une particularité bienvenue a été annoncée : la possibilité de réserver en billet prime jusqu’au dernier siège disponible dans l’avion.

Nous ne connaissons donc pas le nouveau barème, mais nous ne pouvons pas nous empêcher de regarder 10 ans en arrière. Nous avons pris l’exemple de la route Paris CDG – Hong Kong (aller-retour).

 

Le constat est sans appel : si le gain de miles a en moyenne légèrement baissé au fil des années, les montants en miles demandés ont littéralement explosé à l’exception de la classe Economy.

Ainsi, en 2007, Flying Blue demandait 120 000 miles pour effectuer un aller-retour Paris – Hong Kong en Affaires, contre 200 000 miles aujourd’hui, soit une augmentation de +66%, lors de son introduction en 2009, Flying Blue demandait 100 000 miles en Premium Economy contre 160 000 miles aujourd’hui soit +60%.

Mais la punition la plus sévère est en cabine La Première : en 2007, il fallait 160 000 miles ; aujourd’hui, il en faut +400% soit 640 000 miles par personne. A titre de comparaison, British Airways en demande 229 750 miles et Lufthansa 210 000 miles (-50% sur le deuxième passager en étant Senator/HON).

 

Conclusion

 

Si vous voyagez uniquement en plein tarif et sur des vols long-courriers, le nouveau programme Flying Blue vous permettra de cumuler plus de miles, dans TOUS les autres cas, vous serez perdant, et ceux qui auront à payer le plus lourd tribut seront les voyageurs qui effectuent essentiellement des vols domestiques : ils vont très rapidement (re)devenir Ivory !

Plus que jamais, il est temps d’évaluer un autre programme de fidélité chez SkyTeam et pourquoi pas même dans une autre alliance !

 

Article rédigé par Flavien TETE Le 9 novembre 2017

Flavien est le co-fondateur de Flight-Report.com

Flight-Report Twitter Youtube

Prochaine rencontre

Dîner à Paris avec rétrospective sur l'année 2017

3FEV
Paris, FR
35 Places
15 restantes
PARTICIPER

Sur les réseaux sociaux

Flight-Report sur Twitter

22 comments on “Infographie #19 – La vérité sur les changements du programme Flying Blue”

  1. Au moins, cette évolution a le bon goût de supprimer la distinction ridicule entre résidents français et autres dans les barèmes d’obtention d’un nouveau statut, n’est-ce pas ? Et au moins on gagnera des XP même pour les vols domestiques en France. Après, ce n’est clairement pas un gros avantage comparé aux grosses pertes au niveau des gains de miles.

  2. Ce qui me déçoit le plus est encore la non possibilité d’utiliser 100% des miles pour prendre un billet prime, y compris pour les taxes :-(.

    Ok je ne pititomesque pas sur la mauvaise utilisation économique ici des miles utilisés ainsi.

    Mais n’est-ce pas l’attachement sentimental à la marque qui est remise en cause ici, si l’aspect marketing de la chose est analysé ?

    Ah qu’il était bon le temps, en 1990, ou un billet prime était gratuit, sans francs français à ajouter, avec fréquence plus jeune air inter (sais plus le nom de la carte à l’époque) : simple et efficace.

    Oh well !

    1. Je ne connaissais pas le verbe, mais je note ^^

      1. Vous l’avez bien pris j’espère.

        Ce n’est que pour vous remercier de vos nombreuses explications et de votre effort pour l’écrire sur ce site.
        Vos avis sont intéressants à lire.

  3. Aurel Vlaicu

    En effet, c’est beaucoup moins flatteur que ce qui était annoncé …
    Quel autre programme de fidélité au sein de l’Alliance SKYTEAM conseillez-vous ?

    1. Air europa : 26 vols skyteam = Gold—50 vols skyteam = Platinum

  4. Le suis 100% d’accord sur la conclusion !!! Existe t’il un tableau comparatif sur les différents programmes de fidélité de l’Alliance Skyteam ? Oneworld et StarAlliance ?
    Bravo pour cette synthèse très explicite, bon boulot !
    Bon courage á toute l’équipe

  5. Merci Flavien pour cette infographie complète. Il est vrai que Delta est plus généreux mais en contrepartie Delta demande un nombre incroyable de miles pour réserver un billet prime sur ses vols. Donc je ne suis pas sûr que ce soit mieux au final. Il faut pour ça attendre le barème d’utilisation. Pour une simplicité et transparence totale j’aurai souhaiter un barème de 100miles=1EUR de réduction sur le prix avec complément possible en EUR à partir de 5.000 ou 10.000 miles. Mais Delta ne le fait pas non plus pour l’ensemble de ses membres.
    Je remarque une chose néanmoins. Habitant hors Paris et Amsterdam, il me suffira d’un vol A/R long-courrier > 5000nm en Business premier prix (Z) pour obtenir 102XP (2MC+2LC) et donc le statut Silver, qui permet le transport d’un bagage gratuit sur HOP. Avant j’étais bien loin des 25.000 miles donc c’est pour moi une amélioration significative. En 2 vols supplémentaires, même plus courts j’aurai le Gold, avec donc salon en plus. Je vais donc certainement me remettre à utiliser FB. Sur Delta les MQM sont moins généreux.

  6. Très belle infographie, bravo!

    Le verdict est sans appel : il va devenir très difficile pour beaucoup d’atteindre les statuts FB Elite/Plus ou d’y rester.
    En revanche pour la partie miles, tout va dépendre des nouvelles possibilité de dépense ; il manque la moitié de l’image pour se faire un avis complet.

    Un cas à étudier et à ajouter à l’infographie en plus de LHR et LAX serait celui d’un aéroport domestique avec un service de navette (NCE, TLS etc.) et les tarifs abonnés (+2XP).

  7. Demeurant a tahiti et platimium a vie, au depart de polynesie il est depuis 3/4 ans impossible d’avoir un billet prime en affaires, meme sans aucune date de depart ou de retour precise.
    J’espere qu’avec le nouveau statut ce sera plus simple
    Le probleme est qu’au depart de tahiti il n’y a que deux compagnies dispo
    Aujourd’hui j’ai l’impression que c’est de la publicité mensongère

  8. bonjour
    il y a une erreur dans le tableau des passages en niveau supérieur. en effet il faut bien 15 vols qualifiant pour passer silver.
    Or, un client ivory qui fait 15 vols domestiques ne passera pas silver, car les vols domestiique ne sont pas qualifiant pour les clients résidant en France, sauf pour les clients qui possédent la carte abonnement AF.
    Ceux-la devront faire 23 vols pour étre silver aprés le 01/04/18

    1. Flavien TETE

      Bonjour,
      Comme expliqué, l’hypothèse de l’étude est un membre avec une adresse à l’étranger, dans ce cas là les vols domestiques français sont qualifiant même sans carte d’abonnement.

  9. Bonsoir, votre analyse est pas mal erronée. Je m’explique:

    Les vols domestiques ne donnaient pas de vol qualifiant, mais uniquement des miles statut, entre 125 et 400 selon la classe de réservation. Donc il fallait pour changer de statut, pour un résident français (et en prenant en compte un billet à 400 miles statut) effectuer:

    – Pour le Silver, 75 vols contre 50 dorénavant.
    – Pour le Gold, 150 vols contre 90 dorénavant.
    – Pour le Platinum, 225 vols contre 150 dorénavant.

    Je vous laisse faire la soustraction, et donc le gain de vol…

    Pour les moyens et long courrier, il eût été préférable d’utiliser le calcul d’un résident français avec les seuils à 30k, 60k et 90k, qui doit être le cas de la majorité des utilisateurs de Flying Blue, ça vous aurait permis de constater que le Silver et le Platinum moyen courrier réclame autant de vol que précédemment, le Gold 4 de moins.

    Idem pour les longs courrier en éco: la première classe de réservation (N) rapporte 2x moins de miles que ce que vous annoncez, car ce sont des vols à 25%, donc pour le Silver, cela ferait la même quantité de vol avec le seuil à 25k et 2 vols de moins pour le 30k. Je n’ai pas fait le calcul pour les autres statuts, qui de toutes façons ont une erreur dans leur égalité (7 vols = 15 vols en Gold et 12 vols = 24 vols en Platinum???)

    Un cas pratique pour illustrer tout cela: le mien! En 2016, j’ai obtenu le statut Silver de justesse avec 16 vols qualifiants, tous effectués en classe éco, à savoir 4 voyages en Asie (supérieur à 5000 miles), un voyage en France, donc non qualifiant et le reste en Europe (moyen courrier), cela m’a rapporté de mémoire 22000 miles. Avec le nouveau calcul j’aurai obtenu 14O XP, soit 33% de marge par rapport aux nombre de vols qualifiants. Je n’ai pas pu effectuer de comparaison en terme de miles prime, puisque mes voyages étaient effectués à titre pro et que je connais pas leur montant.

    Pour conclure, beaucoup d’erreurs dans votre analyse, que j’espère plus par mégarde que par orientation.

    1. Flavien TETE

      Comme expliqué, l’hypothèse de l’étude est un membre avec une adresse à l’étranger, c’est indiqué dans l’infographie ET dans le corps du texte.
      Aucune erreur dans les montants en miles, nous avons utilisé le calculateur Flying Blue.
      En LC nous prenons l’exemple en classe V et non pas en N.

  10. Quelle catastrophe ce nouveau programme. Je devais être FB Jeune jusqu’à mes 25 ans en mai, je m’estime « heureux » de perdre seulement 2 mois mais mademoiselle qui espérait profiter du domestique par les airs et non par les rails n’en aura profité que pendant 8 mois ! Pour un jeune, l’intérêt de choisir Hop! à la place de la sncf est désormais quasi inexistant, maintenant qu’il est plus facile de devenir Grand Voyageur que de cumuler des miles et que la SNCF récompense désormais mieux ses clients que FB. J’attends de savoir également si la carte jeune sera maintenue…
    Et dire que j’espérais à l’issue du FBJ passer silver fin 2018 et gold en 2019, tous mes espoirs sont réduits à néant !

    Quand je pense que dans le mail reçu la semaine dernière, le directeur du programme FB Jeune me disait que ce programme s’arrêtait pour nous proposer encore mieux et que ce « mieux » était ce que nous désirions depuis tant d’année ; je ne sais pas si on peut appeler « mieux » le fait de passer de passer de 10 000 miles à 2328 miles pour 6 vols en tarif promo !

  11. N’étant plus concerné par le statut, la grosse perte pour moi c’est le bonus de miles (+100%), surtout en Europe.
    Le peu de simulations que j’ai fait au départ de villes européennes, en J puis F, confirment encore plus la perte (~40%)
    Merci pour ce très beau tableau: chacun pourra s’y retrouver notamment en l’adaptant à ses vrais prix d’achat.

  12. Vers l’Asie les pertes sont encore plus grandes.

  13. Bonjour,

    Pour mon cas personnel (quasiment uniquement des vols intérieurs et en tarif mini voir avec carte week-end), le nouveau barème est plus intéressant : je fais plus de 50 vols par an et aujourd’hui je descends de status chaque année (mon job me faisait faire du long-courriers en classe affaires autrefois)… demain je pourrais re-devenir Silver et le maintenir sans souci…

    Bon Silver n’apporte quasiment rien (un bagage et plus de miles quand même) mais bon votre comparaison avant/après n’est pas correct pour le cas « domestique ».

    Merci pour ces éléments qui clarifient bien la nouvelle approche.

    1. Flavien TETE

      Comme expliqué, l’hypothèse de l’étude est un membre avec une adresse à l’étranger, avec 50 vols par an tu pourrais être Gold, demain tu ne peux espérer qu’être Silver.

  14. Bonjour Flavien,
    Sur le statut Platinum il me semble exister une erreur. En effet il me semble que actuellement ce sont 60 vols qualifiants qui sont demandés (résidents à l’étranger) et non 47.
    En outre, ce serait intéressant d’avoir une infographie sur la situation avec l’amex af-klm et savoir si le changement vaut aussi intégralement pour klm…

    1. Flavien TETE

      Bonjour, nous avons pris l’hypothèse la plus facile, c’est à dire que pour les vols moyen-courrier, en classe Y il ne faut que 47 vols ce qui correspond à 70K miles statut, dans les autres classes il est plus facile de se qualifier au segment, c’est à dire 60 vols.

      En effet il y a beaucoup à dire sur les changements avec Amex, mais cette étude étant déjà longue nous avons préféré ne pas en parler.

  15. hello

    Des infos sur le statut platinum à vie?
    j’en suis à 8 ans cumulés….
    merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *