Infographie #17 – Classements des meilleures Alliances aériennes

Infographies

 

Paris, le 23 mai 2017 – Le marché de l’aviation civile est devenu, au fil des dérégulations et de l’émergence de nouveaux marchés, un secteur instable et imprévisible.

A la fin des années 1990, et tenant compte d’un contexte économique très incertain au crépuscule du second millénaire, cinq des compagnies aériennes les plus importantes, émanant de trois continents, décident de s’allier. Si des liens existaient, à l’image de tout autre domaine industriel où les partenariats horizontaux entre acteurs du même domaine sont courants, il s’agissait là de pousser plus loin le concept en créant une alliance fondée sur une culture commune et sur la création d’un environnement cohérent.

Le but : harmoniser le voyage d’une part, mais surtout de créer un réseau permettant de fidéliser les passagers même lorsqu’ils ne volent pas à bord des avions de leur compagnie de prédilection.

Star Alliance était née. La mère de toutes les alliances, qui soufflait récemment ses 20 bougies.

En 20 ans, l’alliance a connu de nombreux rebondissements, parmi lesquelles des fusions, des faillites, des changements d’identités ou de stratégie. Au fil de ces 20 années, des compagnies en ont rejoint (et parfois quitté) les rangs en nombre si bien qu’on dénombre à ce jour 28 membres.

Les pères fondateurs s’étaient réunis à Francfort en 1997. Il s’agissait alors d’Air Canada, Lufthansa, United, THAI et SAS. A l’anniversaire de leurs 10 ans, 855 destinations étaient couvertes par 22 compagnies.

 

En 2017, ce sont 1300 destinations qui sont couvertes par ce réseau mondial et de loin le plus tentaculaire par rapport aux alliances concurrentes qui se sont montées depuis. Bientôt, c’est la compagnie chinoise Juneyao qui rejoindra les rangs de Star Alliance en tant que « connecting partner » depuis son hub de Shanghai, la capitale économique de Chine.

Star Alliance se démarque de ses deux principales concurrentes par le fait qu’on compte en son sein des compagnies aériennes à la taille modeste. C’est le cas de Copa au Panama ou d’Adria et de Croatia en Europe.

Cette stratégie lui permet en effet de revendiquer un quadrillage complet du planisphère qui demeure à ce jour sans pareil en termes de capacités de connexions tout comme en nombre de vols offerts : plus de 18 000 par jour !

 

A l’occasion de cet anniversaire, Flight-Report publie pour la première fois un classement des trois alliances les plus importantes aujourd’hui. Pour ce faire et compte tenu de la diversité des compagnies membres des alliances, les notes de contributeurs ont été pondérées en fonction de la taille de la flotte de chaque compagnie dans chacune des alliances concernées.

 

C’est SkyTeam qui reçoit le titre de meilleure alliance de compagnies aériennes 2017, avec un score de 7,50/10. Fondée à New York en 2000, elle est la troisième à émerger, trois ans après Star Alliance. Celle-ci se forme autour d’Aeromexico, Air France, Delta Air Lines, et Korean Air.

C’est la dernière compagnie à avoir rejoint SkyTeam qui tire aujourd’hui l’alliance par le haut au niveau de l’expérience passager : Garuda Indonesia. Longtemps en difficulté et un temps sur liste noire de l’Union Européenne, la compagnie a remonté la pente de manière spectaculaire puisqu’elle affiche une moyenne sur Flight-Report de 8,5/10.

La deuxième compagnie de ce classement SkyTeam est China Airlines, compagnie basée à Taïwan. Méconnue en France puisqu’elle ne vole pas vers Paris, CI a rejoint l’alliance en 2011. A bord de ses Boeing 777 et plus récemment de ses A350, la compagnie taïwanaise a mis en place des cabines résolument bluffantes dans toutes les classes de voyages.

C’est Delta Air Lines qui prend la troisième place du podium avec une note de 7,78/10. La compagnie américaine a engagé depuis 2 ans un processus de montée en gamme salutaire qui porte aujourd’hui ses fruits auprès des passagers.

Korean Air affiche une note de 7,7/10. Avec son slogan sans équivoque « excellence in flight », la compagnie coréenne a longtemps été perçue comme l’exemple à suivre au sein de l’alliance pour ce qui est de la qualité du service qu’elle propose. Le manque de renouvellement de ses produits la place dorénavant à la 7ème place de ce classement.

Air France pointe à la 9ème place, justement devant KLM qui est 10ème. Si la compagnie tricolore a engagé avec succès la montée en gamme de ses cabines et de son catering, de nombreux points de défaillance l’empêchent de se hisser parmi les compagnies les plus primées.

 

L’alliance oneworld prend la deuxième place de ce classement global avec une note moyenne de 7,44/10 pour les compagnies qui en font partie. C’est en 1999 qu’elle voit le jour à New York, avec American Airlines, British Airways, Canadian Airlines, Cathay Pacific, et Qantas. Malgré des débuts bien moins ambitieux que Star Alliance, l’alliance est toujours là en 2017. D’emblée, oneworld a choisi de centrer sa stratégie sur la capacité à couvrir chacun des continents afin de proposer facilement des tours du monde à ses passagers.

Aujourd’hui, l’ajout de nouveaux membres semble se faire au compte-gouttes et avec pour objectifs principaux la qualité de l’offre et la stratégie de développement. Deux des membres les plus récents sont Qatar Airways, choisie tant par la qualité de ses services que par son identité de compagnie du Golfe ; et TAM, malgré son ancienne appartenance à Star Alliance, suite au rachat par la compagnie chilienne LAN.

Au sein de oneworld, ce sont également 2 compagnies asiatiques qui mènent la cadence. La compagnie la mieux notée en moyenne est Cathay Pacific avec 8,6/10. Une des compagnies les plus emblématiques d’Asie du Sud-Est, Cathay Pacific bénéficie d’une excellente image qu’elle cultive en partie grâce à une qualité de service assez irréprochable.

En deuxième on retrouve Japan Airlines avec 8/10 Après avoir subie une période de fortes turbulences qui l’a menée au bord de la faillite il y a quelques années, Japan Airlines peut elle aussi s’enorgueillir de proposer une qualité de service de très haut niveau. La compagnie, qui fêtait le 1er avril ses 10 ans au sein de oneworld, est la seule au monde à avoir configuré la classe Economique de ses Boeing 787-8 à seulement 8 passagers de front contre 9 chez tous les autres exploitants de cet avion.

Enfin troisième du classement, on retrouve Qatar Airways avec 7,9/10. Arrivée fin 2013 chez oneworld après un très long processus de rattachement, la compagnie du Golfe cultive un statut à part en restreignant par exemple l’accès de ses salons à ses seuls passagers Business et First, quel que soit le statut de voyageur fréquent qu’on lui oppose. Qatar Airways est très attendue avec la mise en ligne prochaine de la Qsuite, son nouveau concept de classe Affaires qui pourrait lui permettre de remonter au classement.

 

Star Alliance prend la troisième place de ce classement avec une moyenne de 7,23/10 pour l’ensemble des compagnies qui la compose. Malgré cette dernière place, Star Alliance compte six compagnies ayant obtenu une note moyenne supérieure à 8/10 : Egyptair (8,05), THAI (8,17), Turkish Airlines (8,2) ainsi que, sur le podium : EVA Air, ANA, et Singapore Airlines.

Avec une note de 8,88/10, Singapore Airlines est clairement la compagnie qui mène Star Alliance sur le plan de l’expérience passager. Ce score, le meilleur toutes compagnies de ce classement confondues, est sans appel et met en lumière les atouts d’une compagnie qui a le mérite de la constance dans l’excellence de tout ce qu’elle met en œuvre pour ses passagers, quelle que soit leur classe de voyage.

ANA prend la deuxième place avec une note de 8,61/10. La compagnie japonaise tire son alliance vers le haut grâce à une note meilleure de six dixièmes que celle de sa concurrente chez oneworld. Si ANA ne se démarque pas particulièrement dans ses services ou ses cabines, elle a frappé fort en utilisant très largement l’univers de Star Wars. Un choix qui a certainement compté dans la note qu’elle obtient aujourd’hui.

En troisième position, EVA Air est notée 8,24 en moyenne, soit deux dixièmes de plus que sa concurrente taïwanaise chez SkyTeam : China Airlines. La compagnie du groupe Evergreen a quant à elle fait le choix de l’héroïne Hello Kitty pour faire vivre sa marque, et notamment un des Boeing 777 qu’elle exploite entre Taipei et Paris en vol direct.

Alors que seulement 3 compagnies ont des notes de 6/10 chez SkyTeam (Vietnam Airlines, Alitalia, Aeroflot) et oneworld (airberlin, American, Royal Jordanian), Star Alliance paye le choix qu’elle a fait de s’ouvrir largement en comptant dans ses rangs 9 compagnies ayant des scores de 6/10 (Croatia, Air India, SAS, Adria, Brussels, LOT, United, Air China et South African) ainsi que la seule compagnie de ce classement ayant une note de seulement 5/10 (Ethiopian).

 

 

Il est intéressant de constater que chacune des 3 alliances sort du lot dans l’un des 3 grands continents.

Dans la zone Amérique, c’est SkyTeam qui est première avec 7,78/10. Delta Air Lines (7,78) et Aeromexico (7,75) mènent principalement le jeu alors que Aerolineas Argentinas est assez distancée avec une note de 7/10.

Dans la zone Europe-Afrique, c’est Star Alliance qui finit première avec 7,38/10 grâce aux moyennes de Turkish Airlines (8,20), Egyptair (8,05), Aegean (7,83), ou encore le LH Group dont les notes s’échelonnent entre 7,5 pour Lufthansa et 7,63 pour SWISS.

Enfin en Asie et Océanie, c’est oneworld qui est devant avec 7,97 de moyenne. Si seulement deux compagnies se hissent au-dessus de la barre des 8/10, Qatar Airways, Malaysia Airlines et Qantas récoltent toutes des notes supérieures à 7,60/10. L’alliance profite aussi de la faiblesse de certains acteurs chez ses concurrentes Star Alliance (Air China et Air India) et SkyTeam (Vietnam Airlines et China Southern).

 

Méthodologie

Moyenne des notes attribuées par les contributeurs de Flight-Report aux compagnies membres des alliances concernées, et portant sur des récits de voyages effectués au cours des 12 derniers mois (mai 2016 – avril 2017). Ces notes sont pondérées en fonction de la taille de la flotte de chacune des compagnies. 2037 récits ont été comptabilisés pour établir ces classements.

Article rédigé par Flavien TETE Le 23 mai 2017

Flavien est le co-fondateur de Flight-Report.com

Flight-Report Twitter Youtube

Prochaine rencontre

Grande rencontre Flight-Report à l’occasion du Salon du Bourget 

24JUI
Le Bourget, FR
30 Places
COMPLET
PARTICIPER

Sur les réseaux sociaux

Flight-Report sur Twitter

3 comments on “Infographie #17 – Classements des meilleures Alliances aériennes”

  1. Merci pour ce classement. C’est riche d’enseignement mais je me pose la question de savoir si ce qui fait une bonne alliance, est d’être constituée de bonnes compagnies ? Finalement, la qualité d’une compagnie est ce qu’elle offre intrinsèquement, et le fait qu’elle fasse partie d’une alliance offre autre chose. C’est cette autre chose qu’il aurait été intéressant de pouvoir qualifier, même si cela est difficile depuis les FRs.

    Par exemple, SQ tire *A vers le haut avec sa trait bonne note globale. Mais c’est une compagnie qui n’offre quasiment jamais d’award aux compagnies de l’alliance en J et P. Quant aux vols régionaux transférés sur SilkAir, ils n’offrent aucun des avantages alliance. Quant à ces salons (une offre aux passagers de l’alliance qui ne volent pas avec eux), ils sont relativement moyens. Dès lors, quel est vraiment l’apport de SQ en terme d’alliance ?

    Chez Skyteam, c’est GA qui sort sort son épingle du jeu. Mais un autre but de l’alliance est de proposer un réseau global, et il faut bien admettre que le réseau GA n’apporte pas énormément à ST, même si le classement prend bien cela en compte du moins par le prorata de la flotte. Et juste derrière, China Airlines reproduit la même situation.

    Il n’y a bien que dans l’apport de CX chez oneworld que je ne trouve rien à dire : bonne disponibilité d’awards, pas de transfert de YQ, salons First ouverts à l’alliance, pas de différenciation CX/KA, etc…. le vilain petit canard serait plutôt QR, comme vous l’indiquez très justement.

    Merci pour ce classement mais qui ne met finalement pas en lumière pourquoi les contributeurs du site ont choisis de placer leur fidélité en telle ou telle alliance in-fine.

  2. Analyse intéressante mais surtout complémentaire par rapport à ce classement. Ici et comme sur FR il est surtout question de « paxex » donc l’enjeux était de compiler les données dont on dispose *vraiment* (par rapport aux autres classements/remises de prix plus flous en la matière ^^) : les notes de confort/salon/catering etc.

    Il est juste de dire que les alliances n’ont en fait que peu de lien avec l’expérience passagers puisque l’idée de base est surtout opérationnelle, FFP, et il était aussi question de maintenance et d’achats d’avion groupés au début mais je crois que ça n’existe plus vraiment ça. Cependant il y a tout de même une cohérence d’ensemble et au final, pour les passagers dont 95% ignore ce jeu d’alliances, il y a bien une forme de prolongement forcé des compagnies les unes dans les autres via les code-shares et autres interlignes.

    Tout classement est biaisé, et ici le biais c’est que les éléments qu’on a retenus sont basés exclusivement sur l’aérien en laissant de côté (dans le calcul du moins) d’autres aspects moins centraux comme les awards etc.

    Petite précision annexe puisque tu parles de Silkair : aucune compagnie filiale ou en wet lease / damp lease n’a été prise en compte et seulement les compagnies « métal » appartenant aux 3 alliances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *