[Salon du Bourget 2015] Jour 1, ouverture des hostilités

Airshow

 

Une première journée dense au Salon International de l’Air et de l’Espace.
Le Salon du Bourget est la grande foire où se mêlent acheteurs et vendeurs de divers matériels aéronautiques.

38
Ce lundi 15 avril était l’occasion d’une avalanche de commande pour tous les grands constructeurs : Airbus, Boeing, Embraer, Bombardier et ATR.

Une belle première journée pour les deux grands rivaux

L’avionneur européen ouvrait le bal avec une lettre d’intention signée Garuda Indonesia pour l’acquisition de 30 modèles 350XWB. La compagnie indonésienne, qui compte à ce jour seulement 6 avions de catégorie similaire (B777), compte ainsi littéralement doper sa flotte afin de gagner des parts de marché dans le moyen et le long-courrier. Le secteur qu’elle annonce prioritaire est l’Europe, que le rayon d’action de l’A350 lui met à portée de vol non-stop.

ga1

En termes d’annonce forte, Airbus affirmait aujourd’hui que le marché de vente d’avions toutes catégories se monterait à quelques 32 600 appareils d’ici 2035, soit un chiffre d’affaire de 5 000 milliards de dollars.

Bien sûr ce marché est inégal avec une croissance de la demande concentré sur l’Asie-Pacific. La demande pourrait avoisiner les 9 600 avions bi-couloirs et fret – soit un marché de l’ordre de 2 700 milliards de dollars. Sur ce segment, ce sont les A330, A350 et A380 que Airbus mettra en avant.

IMG_3929

En moyen-courrier, Airbus entend donner le ton avec sa famille A320 et en particulier les New Engine Option : A320neo. La demande à laquelle il s’agit de répondre se chiffre à près de 23 000 avions soit 2 200 milliards de dollars.

35

Boeing n’était pas en reste en cette première journée de Salon, avec une grosse commande signée Qatar Airways. L’emblématique CEO de la compagnie du Golfe affirmant d’ailleurs avec malice « un salon aéronautique n’est pas complet sans une annonce de commande de Qatar Airways ».

IMG_4290

La compagnie, qui aligne pas moins de 5 avions lors de cette édition du Paris Air Show, officialisait la commande dix B777-8X, la version courte mais à rayon d’action plus important du futur gros porteur américain ; ainsi que quatre 777 Cargo.

IMG_4292
IMG_4294

Les dirigeants des deux entreprises profitaient de la conférence de presse pour réaffirmer les liens forts qui existent entre Qatar Airways et Boeing. « Ray Conner [P-DG Boeing Commercial Airplanes] m’aime bien donc j’espère que Qatar Airways pourra en être compagnie de lancement », déclarait Akbar Al Baker.

La production du B777X commencera en 2017 avec une première livraison estimée en 2020. Avec l’ajout de cette commande, le nombre total de commandes et de promesses du B777X se monte à 320 réparties en 6 clients. Pour mémoire, Emirates passait commande en juillet dernier de 150 appareils de ce type !

Boeing voit d’ailleurs plus loin qu’Airbus puisque l’américain estime à 38 050 avions neufs à livrer d’ici 2034. 4 770 avions « long-courriers de moyenne capacité » (200-300 passagers) ; et 3 520 avions « long-courrier de grande capacité » (300-400 passagers).

Le marché des avions à « très grande capacité » semble définitivement abandonné par Boeing qui de toute façon n’estime la demande à 540 appareils – un volume bien faible comparé aux précédents, mais qu’elle lègue à Airbus après en avoir mené la cadence pendant quelques quatre décennies.

L’aviation régionale

Les gros porteurs d’Airbus et Boeing ne doivent pas faire oublier l’aviation régionale. La crise qui sévit depuis 2008 a induit une réelle mutation de la demande chez les compagnies clientes de ce type d’appareils. Il faut dorénavant transporter plus de monde, et à coût réduit. C’est ce marché que compte occuper Bombardier qui se met largement en avant au Salon du Bourget 2015 avec la présence de 5 avions !

* CSeries 100 aux couleurs de Swiss

1

* CSeries 300 aux couleurs de Bombardier

3a
* CRJ 1000 aux couleurs de Hop!

32

* Dash-8 Q400 aux couleurs de Falcon Aviation

22

* Global 6000 : jet d’affaires ayant ses propres couleurs

26

Le CSeries est présenté par Bombardier comme justement l’avion anti-crise puisque sur la totalité du cahier des charges les résultats sont meilleurs qu’escomptés.

IMG_4260

Le rayon d’action est l’exemple numérique le plus probant 6 112 kilomètres au lieu des 5 464 prévus, soit près de 12% en plus.

Coté performances de l’appareil, Bombardier annonce une empreinte acoustique largement en deçà des standards de la FAA, un argument forcément bénéfique pour un usage sur des aéroports « urbains ».
Même côté matériel les attentes sont dépassés puisque lors du « wing break test » (test qui vise à plier les ailes jusqu’à ce qu’elles rompent), les ailes n’ont justement pas rompu !

Côté passager, Bombardier affirme que cet appareil est le plus confortable de sa catégorie.
La configuration est de 3-2 en classe éco. Cette configuration sera fixe car même en réduisant l’espace en largeur il n’est pas possible d’augmenter le nombre de sièges.

9

Le CEO de Bombardier était fier d’annoncer que les hublots de cet avion sont aussi larges que ceux d’un B777, élément positif supplémentaire.

10

Ce qui frappe également dans la cabine du CSeries, c’est le volume impressionnant des coffres à bagages. Plus de soucis de place puisque les bagages pourront être rangés dans leur verticalité.

13
14

Côté toilettes, le design est intéressant

15

Les compagnies auront la possibilité de proposer une véritable classe Business en 2-2

5

6

7

Le cockpit prend la suite des autres avions de cette génération avec de très larges écrans.

16

18

A noter : Bombardier équipe cet avion de sidestick.

17

20

Le HUD (Head-Up Display) est également un élément qui se généralise dans les avions civils.

19
Bombardier publiait également ses prévisions de marché. Avec 12 700 livraisons d’avions régionaux (60 à 150 passagers, réactions et turbopropulseurs confondus) prévus d’ici 2034, ce secteur apparaît comme dynamique.
Pourtant, les ventes du CSeries peinent à décoller avec jusqu’à présent aucun nouveau client annoncé au Salon du Bourget. Seule Swiss annonçait la conversion de 10 commandes de CS100 en CS300.

Chez le grand concurrent Embraer, les commandes n’étaient pas beaucoup plus fleuries :

Un total de 18 Embraer 175 étaient vendus aux américains avec :

* United Express qui ajoute 10 Embraer 175 à ses commandes actuelles et confirme 18 options du même type ; et Alaska Airlines qui en confirme 8.

* La compagnie régionale chinoise Guizhou Airlines donnait un accord de principe pour 17 Embraer 190 dont 7 fermes et 10 options, afin de développer son réseau dans l’Ouest du pays.

* Concernant le dernier modèle au catalogue d’Embraer, seule la compagnie de leasing Aircastle signait une commande ferme de 25 E-Jets E2 décomposée en 15 E190-E2 et 10 E195-E2. 25 autres droits d’achats, décomposés de la même manière, étaient inclus dans la transaction.

Cette première journée du Salon International de l’Air et de l’Espace était dense même si les commandes totales ne sont au niveau de certaines années. Le reste de la semaine devrait cependant compléter le palmarès de cette édition puisque des conférences de presse Airbus et Boeing ont d’ores et déjà été annoncées.

Mais la journée de mardi devrait être surtout centralisée sur la remise des prix Skytrax, un évènement très attendu, surtout pour le prix de la compagnie aérienne de l’année. Pour mémoire, c’est Cathay Pacific qui en détient le titre depuis l’année dernière.

Article rédigé par Flavien Tete Le 15 juin 2015

Flavien est le co-fondateur de Flight-Report.com, avec plus de 60 vols par an sur tous les continents et dans toutes les classes de voyage, Flavien est un passionné de longue date de l’aérien et plus particulièrement de l’expérience passager.

Flight-Report Twitter Youtube Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.